Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Actualités, Articles & Vidéos

Filtrer le contenu

La Chapelle Cardon, l’oeuvre du mois au Musée du Louvre

15 mai 2012

Le musée du Louvre s’associe à nouveau au Festival de l’histoire de l’art en consacrant son œuvre du mois à la Chapelle Cardon.

Retable-tabernacle portatif de l’école allemande, cette œuvre fait doublement écho au Festival. Présentée du jeudi 3 mai au lundi 4 juin dans la salle 18 des Peintures françaises (2e étage de l’aile Richelieu), Elisabeth Foucart-Walter nous en dit ici un peu plus sur cette œuvre.

 

« Portant le nom de son donateur, Charles-Léon Cardon (1850-1920), peintre et décorateur belge qui avait constitué une belle collection de peintures et d’objets de haute époque, la « Chapelle Cardon » entra au Louvre en 1921, offerte par les héritiers Cardon.

Il s’agit d’un retable portatif destiné à la dévotion privée du type retable-tabernacle (Tabernakelaltar) : les volets mobiles et articulés se referment sur la statuette de la Vierge à l’Enfant, formant une sorte d’écrin, à la manière d’une armoire sacrée renfermant le ciboire eucharistique.

Même si la « Chapelle Cardon » ne se présente pas dans son aspect initial (le pinacle, un peu trop trapu, est moderne et la Vierge à l’Enfant ne semble pas d’origine, l’ensemble ayant été complété par Cardon lui-même), elle rivalise avec les quelques rares exemples parvenus jusqu’à nous de ces petites églises miniatures, notamment les deux chefs-d’œuvre du genre conservés respectivement au Bayerisches Nationalmuseum de Munich et au musée Mayer van den Bergh d’Anvers.

Ces retables-tabernacles en bois, qui puisaient leur inspiration dans l’architecture religieuse, à la manière des châsses médiévales, ne pouvaient échapper au discrédit entraîné par le déclin de l’esthétique du gothique international. Qui plus est, de tels triptyques portatifs ne pouvaient être transportés impunément sans être fragilisés, si bien que leur survie tient toujours en quelque sorte du miracle. Merci donc à Charles-Léon Cardon de nous avoir permis, avec le don au Louvre de ce vestige plus qu’honorable, de faire un émouvant voyage à travers le temps, au sein d’un monde de formes toutes en grâce et élégance. »

 

Elisabeth Foucart-Walter

Conservateur en chef au département des Peintures
Musée du Louvre

Télécharger le feuillet du tableau du mois et découvrez en détail la Chapelle Cardon sur le site du musée du Louvre

 

Les commentaires sont fermés.