Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Actualités, Articles & Vidéos

Filtrer le contenu

Le film à l’école et dans le secondaire : programme des séances scolaires d’Art & Caméra

18 novembre 2011
Du 1er au 3 juin 2012 se tiendra au château de Fontainebleau et au cinéma l’Ermitage la deuxième édition du Festival de l’histoire de l’art.

Cette manifestation, organisée par le ministère de la Culture et de la Communication, l’INHA (Institut national d’histoire de l’art) et le château de Fontainebleau, proposera le vendredi 1er juin 2012 des séances scolaires destinées aux écoliers, collégiens et lycéens.

Date : vendredi 1er mai 2012
Lieu : cinéma l’Ermitage, 6 rue de France, 77300 Fontainebleau
Tarif : toutes les séances du festival Art & Caméra sont gratuites
Réservations : auprès de Mme Myoung-jin CHO, myoung-jin.cho@inha.fr, 06.50.59.60.21

Liste des films pour les séances scolaires

1. École primaire

La Flûte et le Grelot (Le Grelot du faon + La Flûte du bouvier) de Tang Cheng, Wu Qiang, Te Wei, Qian Jiajun, studio d’art de Shanghaï, cinéma d’animation (du CP au CE2). Cette séance sera composée de deux moyens métrages :
1. Le Grelot du faon de Tang Cheng et Wu Qiang
Chine/1982/22mn/VF
Un faon, recueilli par une petite fille, partage sa vie et ses jeux jusqu’au jour où, ayant grandi, il doit la quitter pour retourner à la vie sauvage…

2. La Flûte du bouvier de Te Wei et Qian Jiajun
Chine/1963/20mn/VF
Juché sur son buffle, un enfant joue de la flûte. Il s’endort et rêve que son buffle s’est échappé. Parti à sa recherche, il traverse montagnes et vallées. Lorsqu’il retrouve son ami, sa joie est si grande qu’il se réveille. Saisissant alors sa flûte, il reprend le morceau de musique interrompu.
« Ce titre rassemble deux beaux films d’animation réalisés à vingt ans d’écart, au sein des studios d’art de Shanghaï : La Flûte du bouvier (1963) et Le Grelot du faon (1982). Tous deux réalisés en “lavis animés”, ils s’inscrivent directement dans le programme de ce studio qui, dès sa création en 1957, visait à développer les connaissances artistiques et le sens esthétique des enfants, en s’inspirant des arts traditionnels chinois. Avec le théâtre chanté, la calligraphie et les formes d’art plus populaires comme les papiers découpés, les lavis, ces peintures à l’encre de Chine, faisaient partie des grandes spécialités de la maison. Développée par Te Wei, qui dirigea le studio depuis sa création jusqu’à 1985, la technique particulièrement complexe de l’animation sur lavis s’inspire souvent du travail de peintres chinois. » (Le Monde)

Goshu le violoncelliste, d’Isao Takahata, cinéma d’animation (CM1 et CM2)Japon/2001/63’/VF

Goshu est un violoncelliste maladroit et timide qui souhaite égaler un jour son modèle : Ludwig van Beethoven. Souvent blâmé par le chef d’orchestre, il décide de s’entraîner sérieusement en vue d’un grand concert.
« Cet amusant “master class” animalier est inspiré d’une nouvelle du Japonais Kenji Miyazawa. L’aspect didactique de la fable passe dans la douceur et la fantaisie, et l’exécution de la 6e Symphonie de Beethoven sur fond de décors champêtres est impeccable. » (Télérama)

 

Les Contes de la Nuit de Michel Ocelot, cinéma d’animation (CM1 et CM2). France/2011/84’/VF

Toutes les nuits, un garçon, une fille et une vieille technicienne se rencontrent dans un cinéma désaffecté et déjà un peu délabré. La salle cache en effet un secret. En vérité, le cinéma est un endroit magique que le trio explore en inventant des choses, en se déguisant et en se figurant vivre des histoires qui deviennent vraies pour eux au cours de ces nuits-là. Il y a un magicien et des elfes qui prennent possession des lieux, de braves valets d’écurie qui se consument pour de belles princesses, des loups garous qui hurlent et des dames insensibles qui s’offusquent en faisant froufrouter leurs robes de taffetas…

 

2. Collège et lycée
Le Caméraman de Buster Keaton (film de fiction)États-Unis/1928/67’

A New-York, les débuts de Shannon comme reporter d’une compagnie d’actualités cinématographiques sont désastreux. Encouragé par Sally, la secrétaire de la compagnie, il s’impose en tournant une émeute dans le quartier.
« Le Cameraman (1928) est le triomphe du génie de Buster Keaton. (…) Le burlesque le plus ébouriffant devient une réflexion profonde sur l’art de l’auteur de films. » (Libération)

 

Le Scandale Impressionniste de François et Stéphane Lévy-Kuentz (film documentaire) – France/2010/52’/VF


Ce film retrace l’aventure d’une bande de jeunes peintres qui lancèrent dès 1874 une esthétique en rupture totale avec la peinture historique en vigueur dans les Salons officiels.
Le Scandale Impressionniste explique la méfiance du public et de la critique envers cette peinture « révolutionnaire » qui remet en cause la façon de voir les formes et la lumière.

 

Hans Holbein, Les Ambassadeurs, Rendez-vous avec la mort (film documentaire) accompagné d’une conférence – France/2010/36’/VF

Sélection 2012 du FIFA (Festival international du film sur l’art, Montréal, Canada)
Construit comme une investigation policière ce film sur les Ambassadeurs d’Holbein vous permet de plonger au cœur des plus grands enjeux du XVIème siècle et de la modernité : géopolitique d’un monde globalisé, invention de la “raison d’Etat” et gestation d’une nouvelle science. Cette redéfinition du monde oblige l’homme à redéfinir son rapport à la mort : la religion est-elle la seule manière de la conjurer ?
Les enseignants pourront visionner ce film en ligne pour s’en faire une idée avant de faire leur choix. A cet effet, contacter Mme Myoung Jin Cho à l’adresse myoung-jin.cho@inha.fr

3. Lycée
Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch d’Anne Linsel (film documentaire) – Allemagne/2010/89’/VOSTF

En 2008, Pina Bausch, quelques mois avant sa mort, décide de reprendre son fameux spectacle Kontakthof, non plus avec sa troupe, mais avec des adolescents de 14 à 18 ans qui ne sont jamais montés sur scène.
« C’est le contraste entre le statut d’une telle artiste et ce spectacle monté presque comme une kermesse de fin d’année qui ôte à ce bel hommage toute solennité et permet à ce documentaire, réalisé en toute humilité, de figer d’éphémères élans de grâce, ceux de l’adolescence comme ceux de la sérénité. » (Cahiers du cinéma)

 

L’Esquive d’Abdellatif Kechiche (film de fiction) – France/2002/117’/VF

Un groupe d’adolescents d’une cité HLM répète, pour leur cours de français, un passage de la pièce Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux. Abdelkrim, dit Krimo, qui initialement ne joue pas dans la pièce, tombe amoureux de Lydia. Pour tenter de séduire celle-ci, il obtient le rôle d’Arlequin et entame les répétitions. Son caractère timide et maladroit s’avère être un frein à sa participation à la pièce ainsi qu’à l’aboutissement de ses projets avec Lydia.
« En mettant les mots de Marivaux au coeur de la cité, le réalisateur fait preuve d’audace. Mêlant les répliques aux dialogues, il offre un regard pétri de contrepoints. » (Anne-Laure Bell)

 

Gustave Courbet, les origines de son monde de Romain Goupil et de Jean-Paul Fargier (film documentaire) – France/2007/52’/VF
Longtemps considérée comme obscène, L’origine du monde est aujourd’hui encore une œuvre provocante. Ce film retrace l’histoire d’un des tableaux les plus mystérieux de l’art occidental.
+ L’Origine du monde de Jean-Paul Fargier
France/1996/26’/VF

Les commentaires sont fermés.