Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Actualités, Articles & Vidéos

Filtrer le contenu

NIKI DE SAINT PHALLE, un rêve d’architecte

13 mai 2015

Un documentaire sur l’œuvre de Niki de Saint Phalle, réalisé à l’occasion de l’exposition au Grand Palais en 2014, sera présenté lors du Festival au Cinéma Ermitage (vendredi 29 mai, de 10h10 à 11h40), en présence des réalisatrices.

Niki de saint Phalle

Niki de saint Phalle, L’impératrice-Jardin des tarots

« Niki de Saint Phalle est le plus grand sculpteur de tous les temps (…) A la différence de tous les sculpteurs qui font de la sculpture pour l’architecture, Niki a intégré l’architecture dans sa sculpture. C’est un acte de force », déclare en 1981 le sculpteur Jean Tinguely, l’homme avec qui elle a partagé pendant 35 ans passion amoureuse et collaboration artistique.

Ce portrait de Niki de Saint Phalle suit le fil rouge du rêve d’architecte, qui sous-tend son œuvre dès l’origine et s’affirme dans la réalisation des jardins de sculptures-architectures monumentales que l’artiste a construits pendant les 30 dernières années de sa vie en Italie, en Californie, à Jérusalem, et dont la finalité ultime est de « réjouir le cœur et les yeux pour rendre les gens heureux ».

Les œuvres – peintures, sculptures, dessins, maquettes, plans – les photos et les nombreux textes et propos laissés par l’artiste sont la matière du film. Ils mettent en lumière les profondeurs et la richesse du parcours artistique de Niki de Saint Phalle : de la peinture à la sculpture – en passant par la violence – puis de la sculpture à la monumentalité caractéristique de son œuvre – en passant par les fameuses Nanas – et enfin de la sculpture devenue habitacle et pénétrable, à l’architecture intégrant dans la nature des jardins de sculptures… pour « inspirer à ce monde troublé des sentiments artistiques de sérénité et d’amour… », écrit l’artiste au frontispice de son Jardin en 1999.

Le film raconte comment la foi en l’alchimie de l’art a transmuté la poésie et la violence d’une jeune et belle rebelle en une inépuisable force de création qui inscrit la poésie de ses formes /de son inspiration dans l’espace public pour y insuffler des émotions liées à l’art et la poésie qui apaisent le monde. (extrait du synopsis)

« L’intention première » écrivent les auteurs « est de faire apparaître l’œuvre dans sa cohérence parfaite – au-delà de sa diversité et de son abondante richesse – fécondée pendant plus de quatre décennies par ce rêve et ses avatars que nous dévoilons.

Nous voulons que le grand public, qui connaît les Nanas et les Tirs de Niki de Saint Phalle, connaisse aussi la dimension architecturale et monumentale de son travail.

La deuxième intention est d’actualiser, d’activer autant que possible la présence de l’artiste au moyen d’archives filmées, sonores, textes lus, photos… La matière est abondante et souvent inédite.

C’est Niki elle-même qui va raconter en grande partie son histoire grâce à des entretiens sonores ou filmés dans lesquels elle exprime elle-même sa nécessité absolue de création et les modes de sa réalisation. »

 

Un film écrit par Louise Faure

réalisé par Anne Julien et Louise Faure
Musique originale : Louis Sclavis

Une Co-production :
Idéale Audience, Réunion des musées nationaux Grand Palais, INA et AVROTROS
2014
Durée : 52’

Vous souhaitez réagir :