Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Actualités, Articles & Vidéos

Filtrer le contenu

Prix Jeune Critique : Interview du Jury 2014

Photo Agathe Paoli (PJC 2014)©Agathe Paoli

 

1. Vous avez participé l’an dernier au Prix Jeune Critique. Comment avez-vous été amenés à participer à cette aventure ? Etiez-vous déjà passionné par le cinéma ? Souhaitiez-vous poursuivre vos études dans cette voie ?

Il me semble que j’avais croisé des lycéens qui y avaient participé l’année précédente et je me suis dit que ce serait génial de faire de même. J’ai toujours été intéressée par le cinéma et j’ai eu quelques occasions en cours d’arts plastiques pour expérimenter dans ce domaine. Je me suis donc dit que je ne pouvais pas rater une telle occasion ! Non je ne souhaite pas poursuivre mes études dans cette voie mais je compte bien continuer à avoir des projets personnels en rapport avec l’image, le son, le montage.

 

2. Le Prix Jeune Critique propose des courts métrages, souvent moins représentés que des films de plus longs formats. Etiez-vous déjà familiarisés à ce type d’œuvres cinématographique ?

Familiarisée non mais j’avais déjà eu l’occasion de découvrir quelques courts métrages, souvent par hasard.

 

3. Comment avez-vous appréhendé cette expérience ? Qu’en avez-vous retiré ?

J’ai trouvé cette expérience très enrichissante ! C’était assez fou d’avoir le privilège de décider de ce prix alors que nous étions de simples lycéens curieux. C’était aussi une grande chance de pourvoir discuter avec certains des réalisateurs après les projections.

 

4. Vous avez sélectionné l’année dernière le film de Corinne Garfin, La Collection de Judicaël. De quoi parle le film ? Qu’est-ce qui a retenu votre attention ?

Ce film nous a globalement tous séduits par son étrangeté et par les mouvements de caméras si particuliers de la réalisatrice. Je crois que nous voulions récompenser l’originalité et le risque. Ce film parle de l’obsession d’un homme qui collectionne les sons dans des bocaux. Cette passion est si forte qu’elle va jusqu’à le rendre inhumain.

Vous souhaitez réagir :