Festival de l'histoire de l'art
Ma sélection Proposez une intervention

Le Festival

Le Festival

Le Festival de l’histoire de l’art, 10e édition

Regarder de près des objets et des images, retracer leurs histoires, comprendre leur sens… telles sont certaines des missions remplies par les historiens de l’art, qui, chaque année depuis 2011, partagent leurs expériences et leurs connaissances avec un public nombreux lors du Festival de l’histoire de l’art.

Pour célébrer sa 10e édition, le Festival invite les 4, 5 et 6 juin 2021 le Japon et met à l’honneur le thème fédérateur du Plaisir. Chercheurs, conservateurs, éditeurs, acteurs du monde de l’art, étudiants, venant de France, du pays invité et d’ailleurs, seront au rendez-vous pendant trois jours pour échanger avec le public autour de ces deux axes forts de la programmation conçue par les équipes scientifiques et pédagogiques de l’Institut national d’histoire de l’art et du château de Fontainebleau.

Cette année encore, plus de 250 événements (conférences, débats, ateliers, projections, visites guidées, expositions, spectacles, …) gratuits et ouverts à tous rythmeront le Festival et permettront aux visiteurs de tous âges de s’intéresser à l’histoire de l’art dans le château et la ville de Fontainebleau qui constituent l’écrin de cette manifestation festive depuis sa création. 

Le Festival est une opération nationale du ministère de la Culture mise en œuvre par l’Institut national d’histoire de l’art et le château de Fontainebleau.

 

Qu’est-ce que le Festival ?

Le Festival de l’histoire de l’art est une opération nationale du ministère de la Culture mise en œuvre par  l’Institut national d’histoire de l’art et le château de Fontainebleau (voir la page organisateurs).
Il propose un riche panorama sur l’histoire de l’art et le patrimoine en faisant se croiser les regards d’intervenants de différents milieux (chercheurs reconnus, étudiants, conservateurs, marchands, artistes) et de différentes disciplines connexes à l’histoire de l’art (anthropologie, sociologie, philosophie, mais aussi chimie ou maths appliquées).

Carrefour des publics et des savoirs, il réunit au château et dans la ville de Fontainebleau des historiens de l’art, des artistes, des architectes, des cinéastes, des écrivains, des comédiens ou encore des musiciens, toutes générations confondues.
Moment fort de découvertes, de partage et lieu de confrontations inédites, le Festival de l’histoire de l’art attire chaque année un public toujours plus nombreux et diversifié.

Le Japon

En 2021, le Festival accueille le Japon, qui sera ainsi le premier pays asiatique mis à l’honneur. Grâce au soutien exceptionnel de la Fondation Ishibashi, une quarantaine d’historiens de l’art et artistes japonais seront présents à Fontainebleau – et une partie de la délégation participera également aux rebonds organisés les 9, 10 et 11 juin à la Maison de la Culture du Japon à Paris. Grâce à une étroite collaboration avec des experts au Japon, de nombreux événements, dont certaines interventions basées sur un dialogue entre chercheurs japonais et français, permettront d’aborder différents sujets tels que l’archéologie, les arts anciens, l’architecture, le design, les liens entre écriture et image, l’art du papier, la circulation, les relations avec l’Asie, les années d’après-guerre, les mouvements de contestation, l’art contemporain, les mangas, etc.

La collaboration entre  spécialistes français et japonais a également permis l’organisation de  lexposition « Art et diplomatie. Les œuvres japonaises du Château de Fontainebleau (1862-1864) », inaugurée dans le cadre du Festival, qui présentera le résultat d’une étude inédite ayant permis la redécouverte  d’objets d’art japonais (laques, paravents, kakémonos…) oubliés dans les réserves du château de Fontainebleau après avoir été offerts comme cadeaux diplomatiques à l’Empereur Napoléon III en 1862 et 1864.

 Le Plaisir

Faisant suite à un appel à communication, de nombreux événements de formats variés permettront de s’intéresser à des axes tels que le plaisir esthétique d’une  œuvre, le plaisir de créer, d’exposer ou de collectionner, les plaisirs des sens et l’art du plaisir érotique… Ces interventions ainsi que les visites qui les accompagnent du château de Fontainebleau, lieu de plaisir s’il en est, couvriront le thème à travers toutes les époques, avec parfois des sujets inattendus. 

Un lieu d’échanges, ouvert à tous

Carrefour des publics et des savoirs, le Festival sera cette année marqué par la refonte du Forum de l’actualité du patrimoine, qui présentera la recherche actuelle dans les domaines de la préservation et de la restauration du patrimoine ainsi que les actions mises en place en faveur de l’éducation artistique et culturelle et de la transmission du savoir sur l’art.

Une place importante  sera de nouveau accordée aux étudiants, impliqués au travers des opérations de médiation et du concours « Ma thèse d’histoire de l’art en 180 secondes », mais également désormais en charge de l’organisation de différents ateliers afin de présenter à leurs pairs leurs parcours d’apprentissage, leurs méthodes et leurs objectifs d’évolution au sein du milieu universitaire et professionnel.

Ces ateliers s’inscrivent dans le nouveau volet du Festival, les rencontres professionnelles, qui marquent l’engagement des organisateurs du Festival vers un décloisonnement des champs d’application de l’histoire de l’art. Des tables rondes et ateliers seront en effet organisés afin de favoriser les échanges entre chercheurs universitaires, conservateurs, professionnels du patrimoine et du marché de l’art, journalistes spécialisés…  et ainsi rendre possible une meilleure perméabilité entre les domaines de l’art et de développer davantage de collaborations et de rapprochements entre les différents professionnels.

Mais le Festival, c’est également :

– une importante Section cinéma, dans quatre salles du cinéma Ermitage de Fontainebleau, qui se propose de reparcourir l’histoire du cinéma, du muet au contemporain, en traversant les genres et les pays, et en observant la façon dont le cinéma peut accueillir et faire voisiner les différents médiums artistiques en son sein. Pour l’édition 2021, la section cinéma propose une histoire du cinéma japonais, un ensemble de films autour du thème du Plaisir, ainsi qu’un petit cycle consacré aux liens entre archéologie et cinéma. Environ 35 séances, toutes présentées et suivies d’un débat, seront complétées par des conférences, des analyses, des rencontres avec des réalisateurs ou des acteurs, des chercheurs, des critiques et des professionnels du métier.

– un Salon du livre et de la revue d’art qui accueille dans la cour Ovale du château de Fontainebleau plus de 70 éditeurs spécialisés et les auteurs qui viennent présenter et signer leurs derniers ouvrages. Il décerne deux prix de la traduction  et le prix Olga Fradiss, décerné pendant le Festival en récompense à l’ouvrage d’un jeune chercheur français en histoire de l’art.

– des visites, expositions et spectacles : visites guidées, médiation, ateliers pour petits et grands sont proposés au château de Fontainebleau à l’occasion du Festival. Ils permettent de découvrir ou de re-découvrir la richesse du patrimoine de ce château royal qui abrite des collections variées du XVIe au XIXe siècle. Concerts et spectacles sont organisés en partenariat avec le Conservatoire supérieure de musique et de danse de Paris et la Comédie-Française.

une place toujours plus importante accordée aux jeunes chercheurs : outre l’invitation aux Rencontres internationales des étudiants et la participation aux opérations de médiation, la parole est donnée aux jeunes chercheurs à travers le concours « Ma thèse d’histoire de l’art en 180 secondes » et lors d’ateliers proposés par les étudiants. Parce que le Festival est également un lieu destiné à favoriser l’insertion professionnelle, une « Galerie des métiers »  est également organisée par l’École du Louvre afin de favoriser la rencontre et l’échange entre étudiants et professionnels opérant dans différents secteurs de l’histoire de l’art. 

– une offre de plus en plus diversifiée envers les jeunes publics : grâce à la collaboration du service des publics du château de Fontainebleau, le Festival propose de nombreuses activités pour les enfants (ateliers, expositions, jeux, mini-conférences).  

Le Festival accueille les meilleurs spécialistes – qu’ils soient professeurs, conservateurs, collectionneurs, restaurateurs, galeristes, étudiants etc… – heureux de partager leur savoir, leur passion, leurs découvertes, avec un public varié. Un public parmi lequel ils retrouvent leurs collègues mais aussi des familles, des scolaires, des étudiants, des professeurs du secondaire. On croise au Festival aussi bien des connaisseurs que des néophytes curieux, dans une atmosphère chaleureuse.

Entièrement gratuites, ces trois journées conquièrent un public très nombreux et fidèle.
La prochaine édition du FHA aura lieu les 4, 5 et 6 juin 2021.

Suivez nos activités sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram