Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Le Festival

Édition 2015 : Matière de l’œuvre & Pays-Bas

Le Festival de l’histoire de l’art est une manifestation annuelle gratuite de trois jours qui réunit un public de plus en plus nombreux autour d’environ 300 événements. Il propose conférences, débats et tables-rondes, mais aussi projections de films, concerts, lectures, visites guidées, médiation, présentations d’ouvrages, pour faire découvrir, approfondir et partager l’histoire de l’art.

Organisée par le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, la cinquième édition du Festival de l’histoire de l’art aura lieu les 29, 30 et 31 mai 2015.

Qu’est-ce que le Festival?

Destiné à être le rendez-vous de tous ceux qui aiment et font l’histoire de l’art, le Festival offre aux amateurs, aux curieux comme aux professionnels, un panorama riche sur l’histoire des arts visuels de la préhistoire à la création contemporaine, avec le souci de croiser les regards des chercheurs reconnus et des étudiants, des conservateurs, des marchands, des artistes. Il a souci aussi de montrer la fécondité de l’histoire de l’art quand elle dialogue avec d’autres disciplines des sciences humaines (anthropologie, psychanalyse, géographie, philosophie, sociologie…) et des sciences exactes (chimie, maths appliquées).

La programmation du Festival s’organise autour de deux volets : un thème et un pays invité. Pendant trois jours, le visiteur acquiert, de conférence en performance, une connaissance sur le sujet traité cette année-là. Après la Folie, le Voyage, l’Éphémère et Collectionner, c’est au tour de la Matière de l’œuvre d’art (ou son immatérialité) d’être l’objet de notre intérêt en 2015. Plus de 160 événements (conférences, débats, tables-rondes, visites guidées, lectures, concerts, projections, ciné-concerts, performances, ateliers, présentation d’ouvrage, concerts) permettront d’aborder le thème sous différents aspects, de la préhistoire à nos jours, de la peinture à la vidéo en passant par l’architecture, les arts décoratifs, etc…

Le Festival s’intéresse également à l’Actualité de la recherche en histoire de l’art: chaque année, il invite un pays à comparer ses recherches et ses méthodes avec celles de la France, aussi bien dans le domaine de la conservation du patrimoine que de l’enseignement. Après l’Italie, berceau de l’histoire de l’art, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Suisse, c’est au tour des Pays-Bas de présenter la vitalité de leurs recherches.

Mais le Festival, c’est également :

– une importante section cinématographique, Art & Caméra, qui traite aussi bien du thème et du pays invité au cinéma que de la façon dont le cinéma prend l’art comme sujet. Art & Caméra propose une soixantaine de films accompagnés de conférences et débats, de rencontres avec des réalisateurs ou des acteurs et décerne deux prix : le Prix Jeune Critique et le Prix Art & Caméra. C’est l’occasion de découvrir aussi bien des chercheurs que des cinéastes, des jeunes artistes…

– un Salon du livre et de la revue d’art qui accueille plus de 70 éditeurs spécialisés et les auteurs qui viennent présenter et signer leurs derniers ouvrages. Il décerne deux prix de la traduction qui récompensent d’une part un projet de traduction d’un essai sur l’art du français vers une langue étrangère et d’autre part un projet de traduction d’une langue étrangère vers le français. Le prix Olga Fradiss est également décerné pendant le Festival, qui récompense l’ouvrage d’un jeune chercheur français en histoire de l’art.

– une Université de Printemps organisée par l’Education nationale afin de réfléchir à des méthodes pour enseigner l’histoire de l’art à l’école.

– des manifestations associées : visites guidées, médiations pour le jeune public et les familles, sont proposés au château de Fontainebleau à l’occasion du Festival. Il permettent de découvrir ou de re-découvrir la richesse du patrimoine de ce château royal qui abrite des collections variées du XVIe au XIXe siècle.

Le Festival accueille les meilleurs spécialistes, qu’ils soient professeurs, conservateurs, collectionneurs, restaurateurs, galeristes, étudiants etc… heureux de partager leur savoir, leur passion, leurs découvertes, avec un public varié. Un public parmi lequel ils retrouvent leurs collègues mais aussi des familles, des scolaires, des étudiants, des professeurs du secondaire. On croise au Festival aussi bien des connaisseurs que des néophytes curieux, dans une atmosphère chaleureuse.

Entièrement gratuites, ces trois journées ont conquis un public très nombreux. En 2014, 30 000 visites ont été comptabilisées.

Matière de l’œuvre: le thème de l’édition 2015

Qu’est-ce que la matière de l’œuvre ? Se réduit-elle au médium (peinture, bois, bronze…) ?
Les relations entre création et matériaux impliquent aussi l’imaginaire et le langage. Combinaison ou invention de matériaux, jeux sur l’authentique et le factice, le pauvre ou le précieux ou encore remploi et recyclage : la matière est non seulement utilisée, mais transformée par les gestes humains, dont le geste artistique est une catégorie particulière, que l’on essaiera de cerner.
Comment et pourquoi les artistes choisissent-ils un matériau ? On interrogera aussi le rapport de chacun d’entre nous à la matérialité de l’œuvre. À l’heure où se développent les moyens virtuels de visualisation, il s’agit de comprendre ce qu’apporte une expérience directe de l’œuvre. Si la dématérialisation caractérise nombre d’expériences artistiques du XXe et du XXIe siècles, comment ces œuvres interrogent la matière elle-même ? Quel est leur support matériel et technique ? L’opposition du matériel et du virtuel apparaît en partie factice, par la complémentarité entre matériel et immatériel dans la création et l’expérience de l’art, aujourd’hui comme hier.
La conférence inaugurale sera donnée par l’artiste néerlandais Jan Dibbets, sur le rapport de son œuvre (photographie, land art, installations) avec la matérialité en dialogue avec Erik Verhagen, historien de l’art.

Pour en savoir plus…

Matière de l'oeuvre

Auguste Rodin, Camille Claudel © Musée Rodin, photo Christian Baraja ; Robert Henke, Destructive Observation Field, Le Fresnoy, 2014 © courtesy of the artist, photo Anna Katharina Scheidegger

Les Pays-Bas, pays invité de la 5e édition

Le Festival sera l’occasion de faire connaître à la fois des réalisations ou des rénovations muséales récentes très importantes (musée Van Gogh, Rijksmuseum) et la vivacité de la scène artistique et critique contemporaine, dans des domaines moins attendus, comme ceux du design et de la mode. L’Institut néerlandais d’histoire de l’art (RKD), centre documentaire important et innovant, et la Fondation Custodia seront nos partenaires.

Pour en savoir plus…

Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Le petit moulin © Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris

 

pour en savoir plus :