Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Le Festival

Organisateurs

LA DIRECTION GÉNÉRALE DES PATRIMOINES

01-MCC

 

La direction générale des patrimoines conduit les missions exercées par l’État dans les domaines de l’architecture, des archives, des musées, ainsi que du patrimoine monumental et archéologique.
www.culturecommunication.gouv.fr

La direction générale des patrimoines est plus précisément chargée de l’étude, de la protection, de la conservation, de la restauration et de la valorisation des collections des musées, des archives publiques, du patrimoine archéologique, des monuments et des espaces protégés, ainsi que des autres biens culturels protégés au titre du code du patrimoine et du code de l’urbanisme pour leur intérêt historique, esthétique et culturel.
Elle exerce le contrôle scientifique et technique de l’État sur les archives publiques et sur les archives privées protégées, les musées de France, les opérations archéologiques, les monuments historiques et les espaces protégés ainsi que sur les opérations d’inventaire général du patrimoine culturel. Elle assure la mise en œuvre des dispositions législatives et réglementaires qui lui confèrent une compétence d’inspection, d’avis ou d’autorisation au titre de la protection des patrimoines ou de la qualité architecturale ou paysagère.
Elle contribue à l’enrichissement des collections publiques.

Elle définit, coordonne et évalue l’action de l’État en matière de collecte, de conservation, de communication et de mise en valeur des archives publiques à des fins administratives, civiques, scientifiques et culturelles. Elle veille à la sauvegarde des archives privées présentant, du point de vue de l’histoire, un intérêt public.
Elle coordonne l’action de l’État en ce qui concerne l’application des dispositions législatives et réglementaires relatives à ses domaines de compétence, ainsi que celles régissant les enseignements et les professions relevant de ces domaines. Elle veille à leur mise en œuvre.
Elle exerce ces mêmes compétences en faveur des œuvres photographiques et du patrimoine ethnologique et immatériel.
Elle veille à l’observation et au développement du marché de l’art et du mécénat.

La direction générale des patrimoines favorise la création architecturale, veille à la promotion de la qualité architecturale et apporte son concours à la politique de sauvegarde et de mise en valeur des espaces. Elle garantit le respect et l’intégrité des démarches patrimoniales et contribue à la politique de l’État en matière d’aménagement du territoire, de paysage et de la ville. Elle élabore et veille à l’application de la législation sur le métier d’architecte. Elle assure la tutelle de l’ordre des architectes. Elle exerce le contrôle scientifique sur l’enseignement de l’architecture. Elle assure la mise en œuvre des dispositions législatives et réglementaires qui lui confèrent une compétence d’inspection, d’avis ou d’autorisation au titre de la protection des patrimoines ou de la qualité architecturale ou paysagère.

Enfin, elle assure la tutelle des grands établissements publics et services à compétence nationale de son secteur comme les musées nationaux ou le Centre des monuments nationaux, la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et la Cité de l’architecture et du patrimoine, ou encore comme les vingt écoles nationales supérieures d’architecture.

 

L’INSTITUT NATIONAL D’HISTOIRE DE L’ ART
ET LE FESTIVAL DE L’HISTOIRE DE L’ART

02-INHA

 

Depuis 8 ans, l’INHA élabore la programmation scientifique du Festival de l’histoire de l’art. Une équipe dédiée au sein de son département des études et de la recherche travaille tout au long de l’année à en faire l’événement exceptionnel qu’il est devenu par son ambition à la fois scientifique et pédagogique et sa volonté de s’adresser autant aux professionnels qu’au grand public.

Cette année encore l’équipe scientifique s’appuie sur le thème choisi (le rêve) et le pays invité (la Grèce) pour réunir pendant trois jours les plus éminents historiens de l’art et acteurs du monde de l’art dans une confrontation inédite avec le grand public. La programmation élaborée par l’INHA permet à près de 150 intervenants de se rencontrer lors de conférences et débats accessibles à tous, auxquels il convient d’ajouter une section cinéma, Art & Caméra, un salon du livre et de la revue d’art, une Université de printemps, des visites guidées et des activités jeunes public. Un éventail propre à faire vivre l’histoire de l’art sous tous ses aspects et sous toutes ses formes, aussi bien filmiques que scéniques, orales qu’écrites, scientifiques qu’artistiques, favorisant une approche transversale et une multiplicité de regards allant de la connaissance à l’émotion.

Plus largement, le Festival ancre toujours plus fortement les missions de l’INHA : ouvrir le champ de l’histoire de l’art et renforcer la vigueur et la vivacité de la discipline, être au service d’une très large communauté scientifique et de l’ensemble de nos concitoyens. L’INHA joue ce rôle fédérateur dont la France a besoin et dont le Festival est le point d’orgue. Cet événement, qui s’adresse à tous, est là pour montrer en quoi l’histoire de l’art donne des clés qui permettent d’interpréter les images et le patrimoine, de comprendre pourquoi ceux-ci nous touchent, pourquoi et comment ils ont des significations à la fois ancrées dans le passé mais vivantes dans le présent. Il est là pour combattre cette idée que cette discipline est fermée sur elle-même. Pendant trois jours il est le lieu de confrontations inédites d’artistes, de scientifiques, de critiques, d’éditeurs, d’amateurs, avec un public de non initiés. Il est devenu un moment fort de découvertes et de partage de passions.

L’Institut national d’histoire de l’art

L’Institut national d’histoire de l’art (INHA) a été créé en 2001 pour fédérer et promouvoir la recherche en histoire de l’art et du patrimoine. Il a pour mission principale le développement de l’activité scientifique et de la coopération internationale dans ce domaine ainsi que la constitution de ressources qui permettent leur renouvellement. Il déploie des programmes de recherche et des actions de formation et de diffusion des connaissances, au service de tous les historiens de l’art et du grand public. Avec plus d’1,5 millions d’ouvrages, la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art constitue un fonds de ressources et de documentation unique au monde dans ce domaine. Elle occupe, depuis décembre 2016, la prestigieuse salle Labrouste sur le site Richelieu. L’Institut national d’histoire de l’art est placé sous la double tutelle du ministère de la Culture et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

www.inha.fr

 

LE CHÂTEAU DE FONTAINEBLEAU

03-Chateau

 

« La vraie demeure des rois, la maison des siècles » (Napoléon à Sainte-Hélène, août 1816).
Au cœur de 130 hectares de parc et jardins, le château de Fontainebleau et ses 1500 pièces, inscrit depuis 1981 au patrimoine mondial de l’UNESCO, ouvre ses portes aux passionnés d’art et d’histoire.

Fontainebleau… Au poids de l’histoire, telle que les rois de France l’y ont pour partie écrite pendant huit siècles, s’ajoute l’héritage artistique dont rendent compte l’architecture, les décors et les ameublements exceptionnels du château, unique résidence de cette ampleur qui soit parvenue jusqu’à nous, depuis la chute de l’Empire en 1870. La République, consciente de ce patrimoine incomparable, l’a toujours entretenu et offert à la jouissance du public. C’est la mission de l’Établissement public du château de Fontainebleau aujourd’hui de le faire partager au plus grand nombre.

Écrin du Festival de l’histoire de l’art depuis sa création en 2011, le château vit au rythme des grands rendez-vous culturels nationaux et d’une programmation riche : expositions, visites, animations et ateliers, à destination de tous les publics, se succèdent au long de l’année.

En 2018, la programmation du château est marquée par la réouverture du musée Napoléon Ier reconfiguré et enrichi, et par une grande exposition dédiée à Louis-Philippe Fontainebleau, qui se tiendra à l’automne. Le château porte également une attention particulière aux familles et aux publics spécifiques : public scolaire, public en situation de handicap et public du champ social. A ce titre, un important volet culturel et pédagogique caractérise cette huitième édition du Festival de l’histoire de l’art, par une programmation dédiée au jeune public, scolaire et non scolaire.

Plus d’informations : 01 60 71 50 60/70
www.chateaudefontainebleau.fr

pour en savoir plus :