Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Le Festival

Thème – le Peuple

Chaque année, le Festival organise sa programmation autour de plusieurs axes, parmi lesquels un thème qui change à chaque édition.
Après la Nature (2017), le Rêve (2018), le comité scientifique a sélectionné pour le Festival 2019 le thème du Peuple.

Au premier abord, le mot « peuple » (avec « p » minuscule) évoque une masse nombreuse, difficile à déchiffrer et à gouverner. Dépasser ce stade impose d’en dégager une représentation, de l’incorporer dans des figures qui l’orientent vers des significations. Comment représenter le grand nombre comme formant une unité, ou à tout le moins un ensemble cohérent ? Entre autres solutions, on peut penser par exemple aux typologies de la plèbe parisienne à l’époque moderne ou aux allégories du peuple-demos au XIXe siècle. Ainsi, la figuration du peuple apparaît comme un enjeu sensible, mais aussi politique, qu’elle serve un projet de domination ou d’émancipation. L’art participe sans aucun doute de l’identification, propre à la modernité, du Peuple (avec « P » capitale) aux raisons dernières de l’Histoire.

« Peuple » peut dire un groupe humain dans sa totalité (tel est le « peuple de Dieu »). Il peut, à l’inverse, renvoyer à une altérité inquiétante, voire repoussante, celle des mœurs vulgaires du plus grand nombre, qui s’apprécient au regard des valeurs et des pratiques distinctives des « bien nés ». Dans un retournement positif de cette altérité, l’approche ethno-graphique identifie et valorise des traits culturels spécifiques, des savoirs et des savoir-faire propres aux couches populaires, dont l’exacerbation a pu même nourrir l’idée d’une « authenticité » populaire à protéger des assauts de la modernité.

En réalité, dans le domaine de la création, le « populaire » est travaillé par de multiples contradictions, parmi lesquelles celles liées à l’émergence de marchés de masse. Qu’ils soient de nature marchande ou réformatrice, les projets de s’adresser au peuple passent par la mobilisation des moyens de communication supposés les plus « directs », en particulier l’image. Ils sont par conséquent inséparables des problématiques de « culture visuelle ».

Louis Weckerlin (architecte) et Jean Dulac (sculpteur), La maison du Peuple de Vénissieux, 1935
Bibliothèque municipale de Lyon – Marcos Quinones (
CC BY-NC-ND 2.0 FR) 

La programmation liée au thème du Peuple fait l’objet de deux appels à communication distincts :
– l’un ouvert aux chercheurs de niveaux post-doctorat
(accessible ici)
– l’autre réservé aux étudiants de Master II et Doctorat
(accessible ici)

La vocation du Festival, où se retrouvent des publics très différents, est avant tout d’illustrer le plus grand nombre possible de facettes et d’exemples représentatifs de cette problématique, de réunir un vaste éventail de points de vue complémentaires et d’approches différentes, pour des artistes et des objets relevant des époques et des techniques les plus variées. Les interventions viendront s’inscrire dans plusieurs grands thèmes fédérateurs, susceptibles de rendre compte de la multiplicité des spécificités historiques, des usages et des fonctions, des contextes, et des modalités d’approche relatives au thème du peuple dans les arts visuels.

1. Peuple et pouvoir
• La souveraineté du peuple (exemples : représentations de foules, notamment dans des espaces publics; Gustave Le Bon, Georges Sorel, les gravures de Felix Vallotton, le futurisme italien, le muralisme mexicain)
• Le peuple et sa nation (exemples : allégories de la nation, nationalismes, anarchismes)
• Le peuple et la liberté : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes (exemples : La liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix, guildes, corporations, syndicats)
• Le pouvoir du peuple : émeutes, grèves, révolutions, révoltes (exemples : les émeutes lors de la Réforme dans le Saint-Empire ; les crises iconoclastes ; la guerre des Gueux aux Pays-Bas ; la lutte des classes ; les luttes de la décolonisation)
• Autorité sur le peuple : oppression et despotisme (exemples : la figure du Petit Père des peuples ; les scènes de jugement, d’exécution)
• Le populisme et toute autre forme de gouvernance du peuple
• L’opium du peuple : la manipulation du peuple par l’art. L’image comme outil de formation du peuple : informer, influencer, former, transformer (théories sociales de l’art, utopies révolutionnaires)
(exemples : les estampes protestantes, les affiches soviétiques)
• Peuple haï et peuple haineux (exemples : plèbe, troupeau, caricatures)
• Peuple et hiérarchies sociales : la question des genres (le genre bas, versus le genre haut) ; les préjugés ; l’imaginaire de la délinquance ; la stratification sociale (exemples : scènes de la vie quotidienne, satires, les rapports sociaux de sexe)
• Relations entre peuples (racisme, rapports Nord/Sud, études subalternes, hégémonie culturelle)

2. Peuple et collectivités : les corps du peuple
• Peuple et identité collective : le corps collectif, la plèbe, la foule (exemple : la frise des Panathénées)
• Peuple et public (exemples : les jeux romains, le sport, la musique populaire, l’invention du public au XVIIIe siècle, l’art participatif)
• Les voix du peuple : personnifications, images, emblèmes et figures (exemples : saints populaires, figures historiques et littéraires tels saint Bernardin de Sienne, saint François, Padre Pio, Marat, Che Guevara, Gavroche)
• Art et utopie (exemples : les artistes révolutionnaires comme Jacques-Louis David, Tatlin, Ai Weiwei ou encore l’Internationale Situationniste)
• Esthétiques du peuple (exemples : le réalisme, le réalisme socialiste, le réalisme documentaire)

3. Les cultures du peuple : pratiques et cultures populaires
• Les institutions du peuple (exemples : les paroisses, les associations, les corporations, les confréries, les écoles privées)
• Peuple et populaire (exemples : les fêtes populaires, les Almanachs, le Pop Art, la Pop Music)
• Le savoir-faire du peuple : artisanat, estampes, papiers découpés, arts et traditions populaires, pratiques quotidiennes (exemples : les ex-voto, l’art brut, l’art naïf ) ;
fantasmes de la « création populaire » (exemple : le « Génie du peuple »)
• Peuple et religion (exemples : le peuple juif, l’Église chrétienne, l’Église réformée, la communauté musulmane)
• Éducations, diffusion et vulgarisation (exemples : les ciné-clubs, les universités populaires, les écoles du soir, le musée du soir)

4. Peuple et espaces
• Peuple, le peuplement ; peuple et territoire (exemples : les quartiers populaires, les banlieues, les faubourgs, les campagnes).
Les lieux où vit le peuple : quels sont les espaces du peuple ? (exemples : les quartiers du peuple, les grands ensembles, les cités-jardins)
• Peuples et tribus ; peuples et ethnies ; peuples autochtones
• Les mouvements de population, les flux migratoires, émigration et immigration, acculturation et transculturation
• Les institutions destinées au peuple (exemples : les églises, les musées, les maisons du peuple)
• Organisation de la vie populaire, de la foule, des espaces construits spécifiquement (exemple : le marché)
• Les lieux artistiques populaires (exemples : les salons, les expositions internationales, les panoramas)

 

Téléchargez l’appel à communication en format pdf.
Téléchargez l’appel à sessions pour jeunes chercheurs en format pdf.