Festival de l'histoire de l'art
Ma sélection Proposez une intervention

Le Festival

La section CINEMA du Festival

Avec plus d’une soixantaine de séances : des projections de films, des conférences et des ateliers se déroulant dans les salles du cinéma Ermitage de Fontainebleau, la section cinéma du Festival offre pour l’édition 2020 une programmation variée autour du Japon, pays à l’honneur du Festival, un grand cycle autour du thème du plaisir au cinéma, ainsi qu’un petit cycle interrogeant les liens entre cinéma et archéologie.

Une histoire du cinéma japonais

Kenji Mizoguchi, La Rue de la honte (1956) – Distrib. Les Bookmakers

La programmation autour du cinéma japonais mettra en valeur les grandes figures historiques (Mizoguchi, Ozu, Kurosawa…), en laissant une bonne place au cinéma contemporain (Kiyoshi Kurosawa, Katsuya Tomita, Ryusuke Hamaguchi…) et au cinéma d’animation (Hayao Miyazaki…), reconnu internationalement. Ces projections seront complétées par des conférences éclairant des pans de la cinématographie japonaise, avec de nombreuses invitations et cartes blanches offertes à des spécialistes du cinéma japonais et des institutions.

Un cinéaste japonais sera mis à l’honneur et proposera une masterclass au public du Festival.

Le Plaisir au cinéma

Marco Ferreri, La Grande Bouffe (1973) – Distrib. Tamasa

Le cinéma, art spectaculaire, lieu privilégié des plaisirs populaires depuis sa naissance foraine, s’accorde particulièrement bien au thème du Plaisir : du burlesque à l’érotisation des corps, des couleurs chatoyantes des comédies musicales américaines aux récits intimes ou iconoclastes des années 1970, le cinéma n’a cessé de réfléchir sur les modes de représentations du plaisir des sens à l’écran et leurs effets sur le public.
La programmation, courant du muet jusqu’au cinéma contemporain, fera une place aux films du monde entier, sans oublier le cinéma français, grand représentant de cette thématique. Outre des grands classiques (La Grande Bouffe, Le Plaisir, Le Voyeur…), un ciné-concert autour d’un film des années 1910 récemment restauré par le CNC, la programmation traversera également le cinéma documentaire et expérimental.

Une rencontre avec une comédienne autour du plaisir du jeu, un ensemble de conférences et de séances spéciales complèteront ce programme.

Cinéma et archéologie

Pier Paolo Pasolini, Médée (1969) – ©1969 SNC. – Distrib. Carlotta Films

Des fouilles représentées aux adaptations historiques, de Médée de Pasolini au péplum, c’est la représentation du passé et son invention qui seront au cœur de cette petite programmation de films, accompagnée de présentations et de conférences, qui entend réfléchir sur les liens multiples entre les pratiques archéologiques et celles du cinéma.