Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Le programme du festival

Couleurs et matière. Le retable d’Issenheim de Grünewald au crible du physicien et de l’historien de l’art

30/05/2015 - 17h30 à 18h30 Aigle noir

Le retable d’Issenheim donne, depuis sa création, une véritable émotion chromatique à ses spectateurs. Thomas Mann, présent à Munich où a été transféré le retable entre 1917 et 1919, note ainsi le 22 déc. 1918 dans son Journal : « Suis allé à la Pinacothèque pour voir l’autel d’Issenheim de Grünewald. Forte impression. La fête de couleurs de la scène de la madone va un peu trop loin pour moi dans la douceur de son chatoiement. La misère grotesque de la crucifixion forme un puissant contraste. Réminiscences de Flaubert devant la scène de saint Antoine. Dans l’ensemble, ces images font partie des plus fortes que j’ai jamais eues sous les yeux. »

Les développements, dans les dernières décennies, des recherches à la fois sur les techniques picturales et sur l’histoire des couleurs permettent aujourd’hui d’aller au-delà de cette émotion. Au cours de cette conférence à deux voix, on proposera donc quelques pistes pour montrer ce que l’étude physico-chimique de la matière dans une œuvre telle que le retable d’Issenheim peut apporter à l’histoire de l’art. Les regards croisés du physicien et de l’historien de l’art se concentreront sur la palette de l’artiste et l’analyse des couleurs dans cette œuvre de l’espace germanique du début du XVIe siècle. Après avoir détaillé les résultats de la campagne d’analyses physico-chimiques menées par le C2RMF sur le retable d’Issenheim, on ira à la recherche des « systèmes chromatiques » de l’artiste.

La conférence mettra ainsi en relation la technique picturale du peintre — notamment ses effets de clair-obscur — avec un certain nombre de descriptions de la nature contemporaines, comme la « théologie de la lumière » de l’humaniste Charles de Bovelles. Puis on montrera que Grünewald semble tributaire d’une conception de la couleur typique de son époque, qui ordonne les teintes selon une échelle de clarté (par opposition au spectre de la lumière qui fait autorité depuis Newton, mais qui exclut le blanc et le noir).

Œuvres au crible à découvrir également :

À voir aussi dans ce lieu :