Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Le programme du festival

De l’inspiration citadine : les pratiques de l’in situ dans le cadre des expositions de projets d’art public

02/06/2012 - 16h30 à 18h30 Château de Fontainebleau - Salle du Jardin anglais (30 places)

Les expositions de projets d’art public, dont les manifestations de Münster en Allemagne intitulées « Skulptur Projekte » constituent aujourd’hui les exemples les plus connus, se sont propagées, depuis les années 1970, des villes du nord de l’Europe et de l’Amérique en direction du monde entier. Singulières ou récurrentes, libres ou thématiques, éphémères ou permanentes, elles conjuguent commande et présentation artistiques en se fondant entièrement sur des projets d’art public – des créations expressément conçues pour l’événement urbain, souvent en relation étroite avec les spécificités du lieu de leur mise en vue (histoire, topographie, architecture…).

Espaces d’expérimentations, ces expositions ont joué un rôle capital dans la renaissance de l’art urbain dans les années quatre-vingt, proposant une alternative substantielle à un art public moderne qui n’entretient pas, ni au niveau de la conception, ni à ceux de la production ou de la réception, de rapports significatifs à son lieu d’exposition citadin.
Aujourd’hui, ces événements estivaux font partie intégrante du paysage international des manifestations d’art contemporain (et national: en 2009 trois grandes expositions se tenaient en France avec Evento à Bordeaux, Estuaire dans la métropole Nantes – Saint Nazaire et la Nuit Blanche à Paris) et se voient souvent associées à la création de collections d’art public permanentes.
Dans le cadre de ces manifestations, une sélection d’artistes est invitée à se rendre sur place, à découvrir ou à redécouvrir une ville, afin de choisir des lieux pour leurs interventions.
Dans ce rapprochement de la création à la présentation, ce nouveau format de commande artistique permet au contexte de l’exposition de s’interposer dans le processus créatif des artistes et d’influer de manière plus au moins importante sur la réalisation des œuvres. Toutes les œuvres conçues pour les expositions de projets d’art public sont donc des créations in situ qui se fondent sur des caractéristiques préexistantes de leur futur lieu de mise en vue, tout en le transformant à travers leur intervention. Inspirés par ce qu’ils trouvent sur place, les créateurs intègrent donc des composantes « ready-mades » dans leurs œuvres : à savoir, le site urbain, lequel fait partie de la commande, ainsi que des objets trouvés dans la ville.
Dans le cadre de cette communication, je voudrais interroger ces deux composantes « ready-mades » des projets d’art public, afin de témoigner de leurs rapports à la création, au public et à l’institution muséale.

Débats à découvrir également :

À voir aussi dans ce lieu :