Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Le programme du festival

L’actualité du romantisme pictural en Allemagne

03/06/2012 - 16h30 à 18h30 Château de Fontainebleau - Salle des Colonnes (150 places)

Le discours sur la peinture du romantisme allemand connaît depuis une dizaine d’années un renouvellement sans précédent en Europe et aux Etats-Unis, tant du point de vue des corpus que de celui des approches et des méthodes envisagées.

En France, malgré l’exposition pionnière de l’Orangerie en 1976-1977 et la faveur du public à l’égard de la peinture de Caspar David Friedrich, peu d’expositions ont été consacrées au romantisme allemand. Cette situation tend certes à être dépassée – signalons Caspar David Friedrich – Johan Christian Dahl. Romantiques du Nord au Musée des beaux-arts de Rouen en 2001 et L’Âge d’or du romantisme allemand. Aquarelles & dessins à l’époque de Goethe au Musée de la Vie romantique en 2008 –, mais les œuvres restent rares dans les collections françaises.

Cette absence de contact direct explique-t-elle la singulière prédominance d’un prisme littéraire et philosophique pour les envisager ? Si l’étude fondatrice de Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy a indéniablement permis d’en saisir les filiations intellectuelles avec le romantisme d’Iéna, elle a aussi renforcé le préjugé d’idéalité dont la peinture romantique a souffert dès sa réception au XIXe siècle en Allemagne comme en France, par exemple sous la plume de Baudelaire.

D’une autre manière, la conception téléologique de l’histoire passant par l’avènement d’un genre, la peinture de paysage, et aboutissant à l’abstraction picturale, a certes remis en lumière des œuvres longtemps négligées. Elle a toutefois aussi eu pour conséquence de marginaliser certains artistes sur lesquels les études se sont multipliées ces dernières années, notamment les peintres nazaréens, ainsi que d’occulter la richesse des propositions plastiques de Runge et de Friedrich comme leurs liens avec le contexte idéologique.

La table ronde examinera la manière dont les travaux récents remettent en question, et en tension, l’historiographie du romantisme allemand. Elle permettra de discuter la manière dont les perspectives ouvertes par cette réévaluation permettent, en retour, de repenser nos schémas historiques. Au-delà d’une recherche qui s’est longtemps concentrée sur les discours théoriques, la table ronde sera l’occasion d’élucider comment un nouveau regard sur les images et leur fonctionnement permet de découvrir dans les œuvres romantiques une pensée spécifique de l’image.

 

Bibliographie sélective :

É. Décultot, Peindre le paysage. Discours critique et renouveau pictural dans le romantisme allemand, Tusson, Éditions Du Lérot, 1996

C. D. Friedrich, En contemplant une collection de peintures, édition établie et traduite par L. Cahen-Maurel, Paris, José Corti, 2011.

J. Grave, À l’œuvre. La théologie de l’image de Caspar David Friedrich, traduit de l’allemand par J. Torrent, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/Centre allemand d’histoire de l’art, 2011.

C. Grewe, Painting the Sacred in the Age of Romanticism, Burlington, Ashgate, 2009.

J. Ramos, Nostalgie de l’unité. Paysage et musique dans la peinture de Runge et Friedrich, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

P. Wat, Naissance de l’art romantique. Peinture et théorie de l’imitation en Allemagne et en Angleterre, Paris, Flammarion, 1998.

 

Tables rondes à découvrir également :

À voir aussi dans ce lieu :