Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Le programme du festival

Le voyage ou le pèlerinage de la vie : une interprétation de deux œuvres de Jérôme Bosch

03/06/2012 - 12h30 à 13h30 L’Âne Vert Théâtre

Le thème du voyage sera étudié ici à travers deux œuvres de Jérôme Bosch (vers 1450-1516 Bois-le-Duc), dans lesquelles l’artiste présente, de façon presque similaire, un voyageur solitaire qui marche péniblement le long d’un chemin en essayant d’échapper aux dangers et aux tentations du monde. Pauvrement vêtu, affublé d’une lourde hotte et d’un bâton grossier, ce colporteur évoque tout d’abord l’image précaire, mais aussi négative, d’un vagabond errant sans cesse sur les routes. Toutefois, cet être désordonné, qui avance tant bien que mal sur le chemin de la vie, rappelle également une autre figure, celle du pécheur repentant dont le désir est de faire son pèlerinage vers Dieu. Cette allégorie du voyage spirituel du pèlerin à la recherche de Dieu, et seul face à la mort, mérite d’être rapprochée de la thématique de l’ouvrage de Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de la vie humaine (vers 1330-1332), ainsi que de celle de la moralité néerlandaise Elckerlijc (vers 1485), dont le titre peut être traduit par Tout-Homme. De plus, en éclairant ces deux panneaux de la spiritualité de la Dévotion moderne, nous analyserons la façon dont ce voyageur peut être associé à l’homo viator, cet étranger en quête de sa patrie perdue depuis le péché originel.

Le voyage ne sera donc pas traité ici seulement selon une dimension spatiale. En effet, outre un cheminement terrestre, le voyage se présente également dans ces deux œuvres comme un long périple initiatique durant lequel le corps et l’âme connaissent de nombreuses transformations. Les stigmates portés par les deux personnages sont la trace visible de la difficulté du voyage, mais ils sont également l’empreinte de la sagesse acquise au fur et à mesure de leur pérégrination. Le voyage, qui ne prendra fin que dans le royaume céleste, contient déjà en lui la promesse du salut.

Nous pourrons également ouvrir la discussion sur des œuvres traitant du voyage de l’âme dans l’au-delà.

 

Bibliographie:

Allen, R. (dir.) Eastward Bound: Travel and Travellers 1050-1550, Manchester-New-York, Manchester University Press, 2004.

Caucci von Saucken, P. (dir.) Pèlerinages: Compostelle, Jérusalem, Rome, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, Paris, Desclée de Brouwer, 1999.

Friedländer, M. J. Early Netherlandish Painting. Geertgan tot Sint Jans and Jerome Bosch, vol. V, Leyden, A. W. Sijthoff, Brussels, La Connaissance, 1969.

Koldeweij, J., P. Vandenbroeck et B. Vermet. Jérôme Bosch. L’œuvre complet, Amsterdam, Gand, Ludion, Paris, Flammarion, 2002.

Ladner, G. B. “Homo viator: Medieval Ideas on alienation and order”, in Images and ideas in the Middle Ages. Selected studies in history and art, t. II, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1983, pp. 937-974.

Marijnissen, R.H.  Jheronimus Bosch, Bruxelles, Arcade, 1972.

Nichols, T. “The Vagabond Image: Depictions of False Beggars in Northern Art of the Sixteenth Century”, in Others and Outcasts in Early Modern Europe. Picturing the Social Margins, Aldershot, Ashgate, 2007.

Ohler, N. The medieval traveller, Woodbridge, New York, The Boydell Press, 1996.

Oudheusden van, J. Le monde de Bosch, ’s-Hertogenbosh, Heinen, 2001.

Silver, L. Bosch, Paris, Citadelles et Mazenod, 2006.

Verdon, J.  Voyager au Moyen Age, Paris, Perrin, 1998.

Conférences à découvrir également :

À voir aussi dans ce lieu :