Festival de l'histoire de l'art
Ma sélection Proposez une intervention

Le programme du festival

Les collectionneurs de peinture italienne et les musées français

01/06/2014 - 15h30 à 17h00 Théâtre municipal - Foyer (80 places)

Le Répertoire des tableaux italiens des collections publiques françaises (XIIIe-XIXe siècles) entrepris par l’Institut National d’Histoire de l’Art depuis une dizaine d’années, a pour but d’étudier la diffusion de la peinture italienne en France et de proposer des attributions à la lumière des publications et des études récentes. C’est dans cet objectif que l’École du Louvre a accepté de donner des sujets de Master L’École du Louvre concernant l’étude et la constitution des collections de peintures italiennes aujourd’hui dans les musées du Mans, du Petit Palais à Paris, de Besançon, et Jacquemart-André à Paris et Chaalis.

Nélie Jacquemart-André et ses marchands :

Le couple Jacquemart-André fit appel pendant toute leur vie commune aux marchands et antiquaires européens de l’époque pour constituer leur collection d’œuvres d’art. Ce modus operandi adopté jusqu’à la mort de Nélie en 1912, permit d’accroître cette collection qui sera partagée entre leur demeure parisienne et l’Abbaye Royale de Châalis.

François-Xavier Donzelot et Jean Gigoux et le goût pour la peinture napolitaine et vénitienne:

Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon conserve un ensemble exceptionnel de peintures des Ecoles vénitiennes et napolitaines réuni, en majeure partie, grâce à l’activité de deux collectionneurs, le Général bonapartiste François-Xavier Donzelot et le peintre romantique Jean Gigoux. Deux destins que tout oppose, deux générations différentes, et néanmoins un goût en commun pour ces deux écoles.

La collection Ocampo : de l’hôtel particulier aux cimaises du Petit Palais:

Charles-Vincent Ocampo (1862-1945) a consacré sa vie à la constitution d’une collection d’art européen, à visée encyclopédique. Chaque œuvre devait venir compléter les grandes collections du musée du Louvre. Cependant, celui-ci refusa la donation et c’est finalement le musée du Petit Palais qui reçut les œuvres, de qualité inégale, de cette collection Ocampo.

Evariste Fouret : la passion des Primitifs italiens:
Evariste Fouret (1807-1863) est un collectionneur manceau qui divisa sa vie entre la Sarthe, Paris et de nombreux voyages. Dès les années 1830 il s’intéressa essentiellement aux Primitifs italiens. Tandis que le goût pour ces artistes était encore peu répandu en Europe il se montra capable de rédiger en 1842 un catalogue très précis des chefs-d’œuvre de sa collection.

 

A propos de cette table ronde

Tables rondes à découvrir également :

À voir aussi dans ce lieu :