Festival de l'histoire de l'art
Proposez une intervention

Le programme du festival

Un musicien en mission dans les pays germaniques : lettres et dessins de Maurice Emmanuel lors de son voyage en Allemagne et en Autriche

02/06/2012 - 11h00 à 12h00 Mairie de Fontainebleau - Salon d'Honneur (80 places)

En 1897, Maurice Emmanuel, compositeur, helléniste et musicologue, est chargé par le ministère de l’Instruction publique d’enquêter dans les conservatoires et les universités autrichiennes et allemandes : sa mission consiste à étudier l’enseignement de la musique dans les pays germaniques et de proposer des pistes de réflexion aux Français pour une réforme de leur propre système éducatif. C’est l’occasion pour le jeune historien de l’art, qui s’est illustré en 1896 à la Sorbonne en soutenant une thèse remarquée sur la danse grecque antique, de découvrir l’empire austro-hongrois et l’Allemagne sous tous leurs aspects. En effet, si ses tâches administratives l’occupent pendant une bonne partie de son temps, et l’amèneront à rédiger deux articles sur la pédagogie musicale en Autriche et en Allemagne dans la Revue de Paris en 1898 et en 1900, Emmanuel, qui est musicien mais aussi historien de l’art, prête une grande attention aux monuments, aux paysages, à la vie politique et culturelle austro-allemande. De ce voyage qui a duré plusieurs mois et l’a conduit à Vienne, Budapest, Berlin, Leipzig, Munich et Cologne, il a rapporté de nombreux croquis et dessins, témoignant notamment de son intérêt pour l’architecture. Ses archives contiennent également plusieurs dizaines de lettres, la plupart inédites, adressées à ses parents, dans lesquelles le musicien se livre à ses réflexions personnelles.

Ces documents, encore inexploités, révèlent les positions d’un intellectuel qui a subi l’influence de la science germanique dans ses recherches philologiques et archéologiques, et qui réfléchit par ailleurs à une réforme de la pédagogie musicale à partir du modèle allemand. Quant à ses dessins, ils témoignent de la méthode suivie par Emmanuel (élève des historiens de l’art Edmond Pottier et Maxime Collignon, collaborateur des frères Reinach et admirateur d’Emile Mâle) dans ses propres travaux sur l’histoire de l’art et de la musique, de même qu’ils montrent son attachement au patrimoine européen. Ainsi, cette mission officielle, contemporaine de tant d’autres enquêtes françaises sur le système allemand, a été déterminante pour Emmanuel : ses lettres témoignent de la découverte d’une Allemagne réelle, bien éloignée des clichés nationalistes ou des rêveries wagnériennes et symbolistes, ainsi que d’une conscience aiguë des questions esthétiques et culturelles qui se posent en Europe à la veille du vingtième siècle.

Conférences à découvrir également :

À voir aussi dans ce lieu :